Danièle Gilbert

Biographie Danièle Gilbert

Patrick Natus, fidèle collaborateur du site et fin connaisseur de Danièle Gilbert, a écrit un article il y a de cela plusieurs années qui nous en apprend beaucoup sur la carrière de Danièle Gilbert. Avec son aimable autorisation, cet article est publié ci-dessous dans son intégralité.

« Danièle Gilbert de A à Z »

Le 18 février 1967 restera sans nul doute une date à jamais gravée dans la mémoire de Danièle Gilbert. Ce jour là, et pour la première fois, les téléspectateurs de la France entière, et de la Belgique bien sûr, vont la découvrir.

C'est vrai que le monde de la télévision ne lui est pas inconnu ! Depuis près de trois ans, elle anime les programmes régionaux de la télévision dans son Cantal natal.

Quelques mois auparavant, un appel avait été lancé à toutes les speakerines des télévisions de province : « recherchons animatrice pour remplacer Anne-Marie Peyson pendant son repos d'accouchement. » Des essais sont donc réalisés en province et les enregistrements envoyés à Paris. Finalement, l'ORTF change d'avis, Anne-Marie Peyson ne sera pas remplacée et les essais sont rangés aux oubliettes.

C'était sans compter sur la curiosité de Max Favalelli, vous savez : Monsieur dictionnaire dans "Des chiffres et des lettres". Celui-ci est en charge d'une nouvelle émission baptisée "Sept et deux", une sorte de "Télé Dimanche" avant l'heure. Le but de cette émission est de présenter les programmes des deux chaînes de l'époque, le samedi à midi et demi. Pour cette nouvelle émission, Max Favalelli recherche une présentatrice et c'est par hasard en visionnant les fameuses bobines venant de province qu'il découvrira le visage de Danièle Gilbert. Un coup de téléphone et c'est chose faite : Danièle a dit oui et quittera Chamalières, sa ville natale, pour la capitale.
Au programme de cette première émission : Fernand Sardou qui joue dans un feuilleton qui doit être prochainement diffusé, "Le Milliardaire", Michèle Grellier et quelques autres personnages en vue de la télé de l'époque. À noter que si Fernand Sardou était le premier invité de Danièle Gilbert, il fera aussi chez elle sa dernière émission quelques heures seulement avant sa mort, c'était en 1976 à Monjean dans "Midi Première". "Sept et deux" se poursuivra jusqu' au début de mai 1968, date à laquelle la France entière s'arrête de vivre et la télévision aussi !

Après les "événements", c'est l'arrivée des vacances et la télévision, comme chaque année, gagnera ses quartiers d'été ! Pendant ce temps, les têtes pensantes décident de créer le changement. C'est qu'à la télévision aussi il y a eu des "révolutionnaires" et pas mal de têtes vont tomber...

Septembre 1968 : toute une série d'anciens animateurs voient donc leurs émissions disparaître. C'est le cas pour Jacques Chabannnes qui anime depuis près de vingt ans le "Paris club" à midi et demi ! Georges Folgoas est chargé de la reprise de cette tranche horaire, et le 10 septembre 1968 "Midi Magazine" prend la relève tous les jours, même le samedi. Pour présenter cette émission, au départ deux messieurs et une jeune femme, dont les noms restent introuvables et, dans la régie, en tant qu'assistante de production, on retrouve Danièle Gilbert !

Et tout à coup, tous les écrans devinrent noirs...

Drôle de première, tous les nouveaux patrons de l'ORTF sont là et, alors que l'émission vient de démarrer, l'un d'entre eux, sans qu'on ne le voie, s'accoude accidentellement sur un bouton très important. Les écrans de contrôle deviennent noirs et les techniciens s'affairent afin de trouver la panne ! Ce n'est que quelques minutes plus tard que l'incident est découvert et l'émission reprend son cours normal.

La première émission ne donnera pas vraiment satisfaction et le soir même Georges Folgoas contacte Danièle Gilbert : "Tu as déjà présenté toi ! Tu accepterais de me dépanner ?" Le lendemain même, c'est donc Danièle qui se retrouvera aux côtés de ces deux messieurs pour présenter son premier "Midi Magazine".

Elle devait être loin de penser qu'elle ne quitterait pas cette place avant janvier 1982 ! Hélas, le succès n'est toujours pas au rendez-vous. Le rythme de l'émission est lent, et Georges Folgoas sent qu'il doit trouver une solution au plus vite. À cette époque Jacques Martin est surtout un homme de radio : il anime les midis d'Europe 1 avec son ami Jean Yanne. Toujours avec la même tactique, Folgoas le contacte : "dépanne-moi pour un mois ou deux après on verra" ; le tandem Jacques Martin / Danièle Gilbert était né.

Il durera presque trois ans. Le succès, par contre, est immédiat. Les taquineries de Jacques, Danièle qui rougit ou qui lui répond du tac au tac, emballent le public et en quarante jours les sondages sont formels : l'audience a doublé. Il faut dire que Jacques Martin ne manque pas d'imagination. Il créera le personnage de Madame Bérichon, sorte de travesti à l'accent indéfinissable et qui porte un jugement sur tout et tout le monde bien sûr. Il invitera même le ministre des finances de l'époque, un certain Valéry Giscard D'Estaing à venir jouer de l'accordéon à Chamalières, du jamais vu pour l'époque !

La voilà surnomée "La grande Duduche" !

C'est au dessinateur Cabu que Danièle Gilbert doit son surnom de "grande duduche". Ce dernier, invité un jour par Jacques Martin, lui explique comment est né son personnage ô combien célèbre appelé le grand Duduche. Sans même réfléchir, Jacques lui trouva quelques ressemblances avec Danièle et son surnom était né.

Le succès de Jacques Martin est grandissant, et les propositions ne manquent pas : des disques, des tournées et même un film "Na" (qui s'avéra être un échec complet d'ailleurs) l'éloignent petit à petit de la télévision. Pour le remplacer, Georges Folgoas fait appel à d'autres personnes : Pierre Tchernia, Henri Tisot, Claude Brasseur ou Antoine, lequel d'ailleurs y connut un certain succès puisqu'il y restera pendant presque une année.

Un enfoiré à « Midi-Magazine »

Même Coluche en personne viendra donner la réplique à Danièle Gilbert. Il est alors totalement inconnu, c'est un petit comédien de café-théâtre, et c'est d'ailleurs là que Folgoas le découvrira. Hélas, ce fut l'échec cuisant. Nous sommes en septembre 1970 et, probablement en avance sur son temps, Coluche ne plaît pas du tout au public. À tel point qu'il fut engagé pour un mois et remercié au bout d'une semaine ! La France n'était pas prête à ça !
Oh, des souvenirs de ce type, Danièle en a des tas ! Comment oublier ce jour de janvier 1969 ou "Midi Magazine" a lieu en direct du palace le Majestic à Cannes, dans le cadre du Midem. L'émission commence au bord de la piscine, trop au bord sûrement, puisqu'un faux mouvement et c'est la chute ! Danièle se retrouve toute habillée dans la piscine, sous les yeux incrédules de Jacques Martin et Annie Cordy. Martin, qui est de plus en plus souvent absent de l'émission, va finir par être remplacé. Difficile de remplacer "Maître Martin", et en 1972 l'idée vint de ne plus avoir d'animateur officiel avec Danièle Gilbert, mais un artiste différent toutes les semaines et dont le rôle serait de co-présenter l'émission. "Miditrente" était né.

Mireille Mathieu fut la première de la série, et la dernière aussi trois ans plus tard, en décembre 1974. Les plus grands acceptèrent de jouer le jeu, de Michel Sardou à Charles Aznavour, en passant par Charles Trenet et même Georges Brassens. Lundi 6 janvier 1975, naissance de TF1, Antenne 2 et FR3, au lendemain de l'éclatement de l'ORTF. Ce jour-là, à 12h30 précises, Denise Fabre annonce la naissance de TF1 et la première émission de Danièle Gilbert en tant que productrice. Son titre : " Midi-Première".

Au programme de ce premier rendez-vous, Roger Pierre et Jean Marc Thibaut, mais aussi la regrettée Dalida. Danièle Gilbert vient donc de grimper les échelons et, pendant sept ans, presque jour pour jour, elle recevra les plus grands : Cloclo, Sheila, Sylvie mais aussi Supertramp (qui, faut-il le rappeler, ont fait leur première télé chez Danièle), Delon, Lama, et tant d'autres... L'émission connaîtra ses heures de gloire en 1976-1977, époque où les sondages lui prêteront 14 millions de téléspectateurs (plus du double de téléspectateurs que la « Star Academy » d'aujourd'hui !) C'est vrai qu'a l'époque Danièle Gilbert n'a pas froid aux yeux.

À Digne, je me suis envoyée en l'air...

On la verra tantôt sauter en deltaplane en direct de Digne. Souvenir plutôt grisant : en effet, Danièle Gilbert, munie d'un micro émetteur, doit présenter son émission de là-haut. La foule est nombreuse et renverse une antenne chargée de recevoir le signal, et de cet exploit sportif les téléspectateurs ne verront que l'image. Plus tard, Danièle commentera cet événement malheureux : "dire que j'ai peut-être fait mon plus beau commentaire et qu'il n'est jamais passé à l'antenne !"

Un autre jour, Renaud vient chanter "Camarade bourgeois" en plein festival de Cannes ! Il fallait être culotté, et à l'époque le "tout Cannes" n'avait pas apprécié du tout !

Juillet 1975, "Midi Première" a lieu en direct des jardins de l'Élysée, avec comme invité le Président Giscard D'Estaing et Michel Delpech. Parmi les anecdotes, on retiendra celle de ces deux humoristes totalement inconnus et qui débarqueront en plein direct en demandant : "Madame Danièle, on peut faire notre sketch à la télé ?" Nullement déconcertée, Danièle leur réplique : "écoutez, c'est la fin de l'émission, nous n'avons plus le temps, mais revenez demain on verra ce que l'on peut faire !"

Un jour de décembre 1981, toujours en direct, Danièle Gilbert ouvre l'émission en présentant le sommaire. Line Renaud débarque avec son mari : "comment vas-tu, Danièle, y a pas mal de circulation aujourd'hui, hein ?" Danièle acquiesce, puis réplique : "Line, nous sommes à l'antenne, l'émission vient juste de commencer". Line Renaud se retourne terrifiée, et ne peut que constater : le rouge sur la caméra lui prouve que c'est vrai ! Danièle, que rien ne perturbe, reprend : "de toute façon, toi, ce n'est pas aujourd'hui que tu dois venir, je t'ai invitée pour l'émission de demain".

Dès que le vent tourneras tu repartiras...

Hélas, des sympathies à peine voilées pour le pouvoir de droite lui feront prendre la porte en janvier 1982. François Mitterrand vient d'être élu Président de la République, et les têtes, une fois encore, vont tomber à la télévision française.

Les responsables les premiers, les autres ensuite ! Danièle Gilbert et Jacques Pierre (le réalisateur de l'émission), sentant le vent venir, vont trouver les nouveaux responsables : "Ne vous inquiétez pas, il n'est pas question qu'on se passe de vous, de votre popularité", leur diront-ils !

Pourtant, le 7 octobre 1981, Danièle Gilbert apprendra par hasard en lisant France-soir qu'elle est purement et simplement virée de la télé.

Le vendredi 1er janvier 1982, aux côtés de Georges Moustaki, Annie Cordy, Karen Sheryl et quelques autres, Danièle dira adieu aux téléspectateurs. Elle devait être loin de se douter que plus de vingt ans après, elle n'aurait pas encore réussi à rejoindre le moindre plateau de télé pour y animer une émission régulière...

Certes, quelques tentatives ont eu lieu : le 5 janvier 1987, Pierre Bellemare lui proposait d'animer "Puisque vous êtes chez vous", un rendez-vous quotidien de 10 heures à midi sur TF1. En juin de la même année, suite à un désaccord avec les nouveaux repreneurs de TF1, (qui vient juste d'être rachetée par le groupe Bouygues), Danièle quitte la maison. En 1993, Danièle redécouvre la radio (qu'elle avait fréquentée en 1976 à l'époque sur « Europe 1 »), mais cette fois c'est RMC, sous la direction d'Yves Mourousi, qui lui ouvre grandes ses portes. « Tout le monde déguste » est le titre de l'émission quotidienne qu'animera Danièle pendant une saison aux côtés de Didier Gustin, réalisée en direct et en public tous les jours de 11h00 à 12h30 !

La première a lieu le 24 août 1993 et Nicole Croisille en sera la première invitée, cette émission a été un retour réussi pour notre Danièle ! La saison suivante, toutefois, la nouvelle direction de RMC demande à Danièle d'animer une émission d'un tout autre genre baptisée « Allô Danièle ». Il s'agit cette fois de prendre des auditeurs en direct à l'antenne pour discuter d'un thème bien précis en présence d'un invité proche du thème du jour. Quelques mois plus tard, l'émission passera dans les mains de Marie-Laure Augry, pratiquement sans aucune explication. Le vendredi après le direct, Danièle est appelée dans le bureau de la direction (ce n'est plus Yves Mourousi à l'époque qui est responsable de l'antenne) et ceux-ci lui disent que « c'est fini, lundi c'est une autre qui sera à l'antenne à votre place ». Danièle n'aura donc pas pu dire au revoir à son public, qui pourtant l'avait plébiscitée quelques semaines auparavant, en la plaçant première d'un sondage sur les animateurs préfèrés de RMC !

15 Juillet 1995 : Guy Job propose à Danièle Gilbert l'animation de sa nouvelle émission baptisée "Télé Délires". Celle-ci fut un échec des plus complets puisque l'audience n'a cessé de baisser pendant la soirée et a permis à "Ford Boyard" de battre des records ! "Télé Délires" n'aura donc pas de suite...

Le 6 janvier 1997 (même jour que la première émission de Midi Première le 6 janvier 1975) : Danièle Gilbert renoue avec le public grâce à « La bonne humeur », émission quotidienne réalisée en extérieur sur France 3 Ile-de-France, mais qui, là aussi, ne connaîtra pas le succès. Fin juin, l'émission est retirée de la grille et la dernière ne sera même jamais diffusée à l'antenne...

Aujourd'hui, Danièle Gilbert vit dans son appartement de Boulogne-Billancourt, et occupe son temps à de nombreuses animations dans les grandes surfaces. Cela dit, elle n'a pas perdu l'espoir de revenir un jour à la télévision et ne cesse de lancer des projets aux actuels responsables. Qui sait, le retour réussi de Danièle dans « La Ferme célébrités « lui permettra peut-être de revenir à la télé comme elle le laissait sous-entendre en 1984 dans son livre intitulé Je reviendrai sorti aux éditions Carrère - Michel Lafon ?

Patrick Natus

La carrière de Danièle Gilbert ne se résume pas à l'animation d'émissions de télévision : elle a aussi chanté !




musique Accéder à la page des extraits audios du site.

Consulter la page consacrée à Danièle Gilbert sur le site Bide et Musique.


Danièle Gilbert a aussi écrit trois livres :

S'il vous plaît, M. le Président La Grande Duduche Danièle Gilbert, Midi Première

© www.danielegilbert.net (2014) | Plan du site | Contact